Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
     C'est nous, mais où? A Noumea!

C'est nous, mais où? A Noumea!

Il suffit de creuser un trou à travers la Terre depuis la Bretagne pour y arriver...

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui

Une promenade inoubliable nous attend pour le deuxième jour, avec un nouveau tour en bateau pour petite Norah, qui se laisse bercer par les flots à chaque voyage.

Ce petit Atoll au sud de l’Ile des Pins est une merveille de la nature. Les eaux cristallines qui bordent le petit îlot donnent sous le soleil des tons de bleus d’une rare beauté.

L’atoll se prolonge vers le large par un long banc de sable qui serpente au milieu du lagon bleu. On peut y voir parfois des tortues, raies, requins, dauphins et une multitude de poissons de toutes les couleurs.

Le départ le matin se fait à 09h00 depuis la plage de l'hôtel Oure Tera.

Une petite panne de moteur a retarder notre départ, mais rien de grave. Juste un des deux moteurs qui ne veut plus remonter.

La petite équipe du camping Atchu est très sympa, et nous avons bien rigoler avec eux à bord.

Une petite traversée d'une demi heure au travers du récif qui borde l'île, et nous voici arrivés sur Nokanhui après avoir traversé le chenal qui sépare l’îlot de la pointe d’Ita.

L'atoll de Nokanhui

Le petit banc de sable est d'un blanc incroyable et surgit de l'eau cristalline tel un mirage de beauté sur un saphir éclatant.

Nono est bien contente de pouvoir galoper sur le sable pendant que nous nous frottons les yeux. On a l'impression de rêver tellement c'est beau!

Après une bonne heure passée sur l'atoll, l'équipage nous conduit sur l'îlot Brosse où un fantastique repas nous attend. De bonnes langoustes grillent sur le barbecue, et nous les savourons les pieds dans le sable, sous l'un des jolis petits farés aménagés à l'ombre des pins colonaires.

Une promenade digestive à travers la forêt de l'îlot nous est ensuite proposée par les jeunes de l'équipage, qui nous fournissent des informations sur les plantes et sur les traditions de la région.

L'île est magnifique, et la balade est très interessante.

Nou retournons enfin à l'hôtel en fin d'après midi, avec autant d'étoiles dans les yeux qu'il en a dans le ciel.

L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui
L'atoll de Nokanhui

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
La piscine naturelle

Nous profitons de notre premier après midi pour aller faire un tour du côté de l'incontournable piscine naturelle.

L'eau est claire, et le soleil couchant a recouvert d'or la luxuriante forêt qui entoure les lieux, comme un écrin.

Mille poissons nagent paisiblement dans le calme bassin.

C'est toujours très agréable d'y faire quelques brasses, bien que l'eau se soit un peu rafraichie!

La piscine naturelleLa piscine naturelle
La piscine naturelle

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Sous le soleil de l'île des Pins
Sous le soleil de l'île des Pins

Pour finir en beauté ce chaud été, nous repartons pour un weekend prolongé sur la merveilleuse île des Pins.

Et cette fois ci, nous apprécions trois jours de rêve sous le soleil. De quoi profiter un maximum des joyaux que nous offre l'île la plus proche du paradis.

Nous nous installons à nouveau au camping Chez Atchu, et les simples mais confortables petites cabanes en bois nous offre un autre confort que lors du précédent séjour!

De la plage, nous pouvons admirer sans fin d'îlot Brosse (on distingue clairement sa forme de bosse à cheveux, non?). L'hôtel Oure Tera, juste à côté, nous accueille pour boire des cocktails les pieds dans le sable.

C'est tout de même autre chose quand il fait beau!!!

Sous le soleil de l'île des PinsSous le soleil de l'île des PinsSous le soleil de l'île des Pins

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac

C'est au coeur d'une belle forêt que se cachent les grottes de Koumac, au milieu des bancouliers, des gyrocarpus et des banians.

Creusées par des rivières souterraines, elles ont pris forme dans du calcaire karstique datant de l'éocène (- 53 à -34 millions d'années). Connues bien avant l'arrivée des missionnaires, elles servaient de lieu de sépulture aux tribus locales.

C'est entre 1970 et 1990 que l'exploration et les relevés topographiques des cavités ont été réalisés. La Petite Grotte des Vents s'explore en 15-20 minutes, tandis qu'il faudra 1h pour la Grande Grotte, accessible seulement sur ses premiers 380 mètres.

Un classeur nous attend à l'entrée des grottes. Il est en effet obligatoire de s'inscrire au moment de la visite, et à la sortie du site.

Un mur d'escalade est aussi accessible au niveau de la première grotte, et il y a du monde qui y grimpe!

Je profite d'une famille sympathique pour m'aventurer jusqu'au fond de la seconde grotte, la plus grande. La galerie est large et présente peu de difficultés.

Une multitude de minéraux, tantôt lisses, tantôt granuleux, forment le tunnel. Et certains scintillent et forment comme une cascade de diamant à certains endroits.

La grotte continue encore, mais les salles sont remplies de gaz mortel, et il est formellement interdit d'y pénétrer.

Nous avons profiter du super camping du lagon pour cette dernière nuit de vacances dans le Nord.

Les coqs et les paons ont su séduire Norah, qui était entourée de gallinacés de toutes les couleurs et de toutes les tailles grâce à ses biscuits.

Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac
Les grottes de Koumac

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Boat Pass et Tiabet

Boat Pass, c'est l’extrémité Nord de la Grande Terre, le point le plus septentrional de la Grande Terre, le bout du monde !

Un endroit hors du temps, loin de la civilisation, dans un cadre magnifique.

La route qui mène à Poum puis à Poingam et enfin à Boat-Pass est tout simplement subjuguante. La couleur de la terre oscille entre une infinité de variantes comprises entre le blanc et l’orangé. Et le contraste avec le bleu du ciel et le vert de la végétation aboutit à un mélange de tons aussi surprenants qu’enthousiasmants.

Un rêve éveillé !

De Boat-Pass, on aperçoit des îles et îlots habités, comme Baaba ou Yandé.

Sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés dans le village de Tiabet, où la joli église blanche se dresse, tranquille, en bord de mer.

Tout est calme et volupté ici.

Boat Pass et Tiabet
Boat Pass et TiabetBoat Pass et Tiabet
Boat Pass et Tiabet

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam

On nous en a tant et tant parlé, et enfin nous y voilà!

Nous plantons notre tente à l'extrême Nord de la Grande Terre, au bord de la mer.

Bienvenue au relais de Poingam, où nous allons fêter nos trois ans de mariage (et oui, déjà!) autour d'une grande tablée commune à tous les voyageurs venus se promener dans le coin.

Sa table d'hôte réputée propose des produits frais de la ferme et de la mer. Tout pousse où provient des environs. Le relais de Poingam est (presque) autosuffisant, et de grands vergers et jardins potagers, ainsi que des enclos à cochons et des poulaillers entourent le domaine.

Nous nous sommes promener dans les environs, à la recherche des chevaux sauvages (qui ne sont jamais très loin!), et d'une vue imprenable sur les salins de Kô et toute la côte Nord.

Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam
Le relais de Poingam

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Poum
Poum

Avant de filer sur Poingam, nous retournons sur Poum pour faire quelques courses.

La petite commune compte environ 1500 habitants.

Le village a des airs de village africain. L'eau agitée du bras de mer a des teintes de couleur rouille, la terre est très sèche, et c'est très sale...

Rien de bien intéressant à visiter ici, alors ne nous attardons pas trop!

Poum

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
L'îlot Nandjale
L'îlot Nandjale

Kejaon, c'est aussi le lieu de départ pour partir visiter l'îlot Nandjale.

L'îlot est habité par une famille de la tribu de Tiabet. Ils sont une vingtaine à vivre en autarcie, et il ne leur manque rien!

Le village est alimenté en électricité grâce à une petite centrale solaire qui couvre 100% de leurs besoins, et qui est révisée par EEC tous les mois. Une source d'eau douce leur offre de quoi se laver, pendant qu'une cuve de 1000L d'eau potable est à disposition pour boire et faire la cuisine. Celle ci est remplie régulièrement.

Un jardin merveilleux regorge des fruits et légumes locaux en quantité, et bon nombre de poules, et cochons animent les sous bois de la forêt tropicale. Sans compter les quelques cerfs qui parfois nagent de la Grande Terre jusqu'à l'îlot.

Un vrai havre de paix!

Nous en avons fait le tour en une après midi ensoleillée. Un immense récif corallien borde la plage, qui doit regorger de poisson et de langouste.

Nous avons rencontré d'adorables habitants qui nous ont raccompagné jusqu'à la plage par un petit sentier au milieu de la jungle.

On y serait bien rester un peu plus longtemps!

L'îlot NandjaleL'îlot Nandjale
L'îlot NandjaleL'îlot NandjaleL'îlot Nandjale
L'îlot NandjaleL'îlot Nandjale

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
KEJAON, là où le sable fait une baie!
KEJAON, là où le sable fait une baie!

Pour notre deuxième étape, nous posons nos bagages à Kéjaon, un petit gîte sur la route de Boat Pass, sur la commune de Poum.

Au pays des Nénémas, Kejaon désigne l'endroit où le sable tourne, s'accumule, et finalement forme une baie.

De moelleux lits rustiques nous attendent dans une cabane au bord de l'eau. La plage est à 5 mètres de notre porte d'entrée.

Dans un cadre verdoyant, une magnifique baie s'ouvre sur le lagon, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

KEJAON, là où le sable fait une baie!KEJAON, là où le sable fait une baie!KEJAON, là où le sable fait une baie!
KEJAON, là où le sable fait une baie!
KEJAON, là où le sable fait une baie!

Les propriétaires défendent âprement leur espace de vie de toute pollution, et veille à interdire la chasse sous marine pour garantir la beauté des fonds sous marins, ainsi que la collecte des coquillages, de bois et de plantes.

Les cabanes sont construites par le gérant avec des matériaux de récupération, et un magnifique faré en bambou nous accueille pour profiter d'un bon dîner aux influences asiatiques, car sa femme est Vietnamienne.

Le propriétaire entretient également un sentier de randonnée qui grimpe (raide!) jusqu'au sommet des montagnes avoisinantes et offre un panorama à couper le souffle sur les versants Est et Ouest. A la fin du jour, le soleil baigne d'or la forêt, et la mer calme offre des reflets d'argent. Une vraie merveille!

KEJAON, là où le sable fait une baie!
KEJAON, là où le sable fait une baie!KEJAON, là où le sable fait une baie!
KEJAON, là où le sable fait une baie!

Voir les commentaires

Publié le par Glaillon Mathou et Juju
Petit Road Trip dans le Nord
Petit Road Trip dans le Nord

Avant que l'hiver ne s'installe, nous profitons encore des douceurs de cette fin d'été pour partir explorer le Nord de la Grande Terre pendant une semaine de vacances.

Nous faisons une première halte à Voh, au camping de Gatope.

L'endroit est calme, juste au bord de la mer, et des dauphins sautent joyeusement dans la baie.

Nous sommes seuls sur le terrain de camping arboré. De jolies promenades côtières s'offrent à nous.

Petit Road Trip dans le NordPetit Road Trip dans le Nord
Petit Road Trip dans le Nord
Petit Road Trip dans le NordPetit Road Trip dans le Nord

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>